La nouvelle lettre mensuelle Défense et République (La Lettre DR, août 2010) est diffusée depuis cette semaine. Son dossier présente notamment une approche du 14 juillet, initialement fête de la fédération du 14 juillet 1790, qui indique que cette commémoration se transforme pour finalement perdre de son sens.

Cette perception était prémonitoire si l’on se réfère à la polémique sur le programme d’histoire des élèves de 4e avec semble-t-il une éviction de Louis XIV et de Napoléon 1er. Certes, je n’ai pas lu l’ouvrage mais cela ne saurait tarder pour me rendre compte où nous en sommes de ce qui me semble une désagrégation de l’esprit national, oserai-je dire de notre identité nationale ?

Constatons en lisant le programme inscrit au bulletin officiel n°6 du 28 août 2008, (Programme) que la période impériale 1804-1815 est laissée au choix de l’enseignant. Exit Napoléon. Quant à l’étude de la France du début du XVIIe siècle, elle est prévue. Or, Louis XIV étant décédé en 1715 et exemple de la monarchie absolue, ne fait-il partie pas du programme ?

En revanche, l’affaire Dreyfus, citée deux fois, doit être étudiée dans le programme d’histoire… De même, « Les régimes politiques sont simplement caractérisés ; le sens des révolutions de 1830 et de 1848 (établissement du suffrage universel et abolition de l’esclavage) et de la Commune est précisé. » Il faut aussi « Connaître et utiliser » notamment « Le manifeste du Parti communiste 1848 » et « L’Encyclique Rerum Novarum » de 1891, texte inaugural de la doctrine sociale de l'Église catholique. En fait, ce ne sont pas les ouvrages scolaires qu’il faut incriminer mais le programme inscrit au bulletin officiel spécial n°6 du 28 août 2008, suite à une décision du 15 juillet 2008 signée par le directeur général de l’enseignement scolaire, Jean-Louis NEMBRINI, aujourd'hui recteur à Bordeaux.

Pour en revenir à la Lettre DR, c’est aussi le témoignage de reconnaissance à un ancien de la 2e division blindée et du régiment de marche du Tchad, décoré enfin. Dans cette lettre, le texte sur l’outrage au drapeau français est diffusé. Quand on voit le temps qu’il a fallu pour condamner l’offense au symbole de la France, on peut s’étonner. Mais au fait qui doit apprendre à nos enfants ce que signifient les symboles de la France ? Ne serait-ce pas l’éducation nationale ?

Tout est lié : manque de respect au drapeau, reconnaissance tardive à ceux qui se sont battus pour la France afin qu’Elle Soit, programme d’histoire orienté où les pages de gloire, dont l’histoire bataille et donc les idées d’engagement et de sacrifice, sont ignorées ou laissées à leur plus simple expression. Que devons-faire ? Abandonner ou nous battre pour un vrai retour de la France rayonnante et influente ?