Dans cette période dense où il est parfois difficile de prendre position notamment dans cette guerre en Libye où nous financerons officiellement des mouvements insurgés (sans doute la preuve d’une capacité d’action internationale – enfin - et dont nous pouvons sincèrement nous louer), retenons quelques prises de positions de généraux ou amiraux en activité. Remercions-les car le temps de la grande muette a sans doute vécu… heureusement.

Le général de corps d’armée Hervé Charpentier, commandant les forces terrestres, rappelle le sens de l’engagement du soldat au service de la cité. Pour résumer, cette société civile méprise le soldat comme la plupart des militaires le resentent. Reprenons simplement les phrases de conclusion du GCA Hervé Charpentier (le Figaro, 2011_06_02_Fig_Plaidoyer_pour_vos_soldats); « Une société « fabrique » ses défenseurs en leur offrant une place et une reconnaissance particulières. Elle génère, au sens propre, les volontaires qui feront le choix des armes malgré des contraintes exorbitantes. Un choix rationnel, qui n'est pas seulement la réponse à l'irrésistible appel d'une vocation. Prenons garde que ces volontaires ne deviennent les victimes silencieuses d'un pays qui ne se rappellerait plus ni leur mérite, ni leur utilité, ni même d'avoir un jour exigé leur sacrifice. Nous ne les trouverions simplement plus. » Dans cette période de crise, nos politiques de droite comme de gauche devraient y réfléchir car le jour où ils auront besoin des forces armées, ils pourraient être déçus.

Maintenant, revenons à ce qui provoque l’intérêt de nos médias comme le journal télévisé de France 2 l’a présenté ce lundi 13 juin soir. La Marine n’aurait plus les moyens de faire une guerre de longue durée. En fait, cet article fait référence à un article du Monde du samedi 11 juin non sorti en kiosque (Le_Monde_CEMM )en raison d’une grève (une de plus). L’amiral Forissier, chef d'état-major de la Marine considère que « la marine française ne peut répondre à une guerre longu e ». Nous pourrions d’ailleurs nous référer aussi à cet article de Defense news du 9 juin : les avions F16 danois sont à court de munitions et demande aux Néerlandais un recomplètement. Rappelons aussi ces informations où les avions américains ravitaillent en carburant et en munitions les avions de la coalition en Libye.

Que faut-il en tirer sinon que l’Europe de la défense a failli, que ses Etats-membres ont failli à leur devoir de sécurité, que les Etats-Unis nous rappellent aussi que nous sommes bien vaniteux et pas vraiment à la hauteur, et même les Britannique si souvent cités en exemple.

Quant à l’action médiatique opportune de la Marine sur ses capacités, intervention certes justifiée car son état comme celui des autres armées est préoccupant mais pas moins, elle correspond à une action de communication comme dans l’année qui a précédé les élections présidentielles de 2007 et que l’on peut constater à nouveau dans différents médias aujourd'hui. C’est de bonne guerre mais cette action isolée est bien regrettable d’autant que nous avons un amiral comme chef d'état-major des armées.

Cependant les armées sans doute comme d’autres administrations sont en passe de ne plus pouvoir remplir leurs missions. Il est temps effectivement de donner un coup d’arrêt à cette situation qui remet en cause nos capacités à agir depuis trente ans. 

Nous pourrions conclure par cet article du Monde du 5 juin 2011 qui présente une interview du diplomate britannique Sherard Cowper-Coles (interview_Coles), ancien représentant spécial britannique pour l'Afghanistan et le Pakistan. Une question lui est posée : « L'intervention en Afghanistan illustre-t-elle la faiblesse du pouvoir politique face aux militaires dans nos démocraties ? » La réponse du diplomate est éloquente : « Pour nos démocraties, c'est surtout la victoire de la tactique sur la stratégie, la prise en compte de considérations politiques nationales, la volonté des armées d'accroître leurs moyens et leur influence ».  Certes les armées françaises ne sont pas concernées par cette réponse mais elle reflète ce que beaucoup de militaires pensent. La vision civile et notamment des diplomates n’est pas toujours pertinente pour la résolution des crises. Autant les soldats américains et britanniques ont su se faire entendre de leurs politiques, autant cela ne semble pas le cas en France au détriment des armes de la France. Les diplomates n’ont pas le monopole de la connaissance de la stratégie… loin de là ou alors tous les conflits auraient déjà été résolus.