L’intégration des actions de la cour pénale internationale dans notre droit fait réagir négativement nos bien-pensants. Eh oui pas de compétence universelle. Lorsque l’on voit les problèmes posés en Belgique ou en Espagne dans les relations internationales, il faut prendre en compte la réalité.

En même la dérive de la CPI, arrêtée heureusement par les Américains dans sa première réforme, est bloquée dans un premier amendement qui visait à définir ce qu’est l’agression et donc à politiser à terme cette définition juridique à l’encontre des démocraties contraintes de recourir à la force pour se défendre. Déjà aucun Etat n’arrive à se mettre d’accord sur la définition du terrorisme ! C’était encore un moyen d’encadrer les quelques Etats, notamment occidentaux, qui respectent en général les règles internationales.