Les quelque 2000 Néerlandais quittent l’Afghanistan. Petit pays qui s’est beaucoup engagé avec un nombre important de soldats. Ce retrait est le dommage collatéral de l’instabilité politique aux Pays-Bas. Mieux vaut laisser l’exécutif en charge de l’emploi des forces armées nationales avec une participation limitée pour le parlement. La réforme constitutionnelle de 2008 sur le contrôle parlementaire des armées sera-t-elle encore un bon choix dans les années à venir ?

Un site en Islande Wikileak diffuse des dossiers militaires confidentiels américains et dévoilent surtout le nom de milliers d’Afghans servant les Américains. Les forces françaises elles-mêmes sont l’objet d’accusation d’avoir blessé des enfants lors d’une opération.

Par ailleurs, cette nouvelle guerre idéologique pose la question de la loyauté. En qui peut-on avoir confiance notamment dans les conflits de contre-insurrection ? A quel moment l’acte de déloyauté devient-il un acte de trahison ? Citons ces soldats britanniques tués par un soldat afghan normalement à leurs côtés. Cela rejoint le cas de ce médecin américain de confession musulmane tuant des soldats américains dans une base aux Etats-Unis, le suicide par bombe d’un infiltré au milieu d’une cellule de la CIA en Afghanistan en mars 2010, et plusieurs autres faits de trahisons. L’ancien ministre de la défense (six mois) mais colonel de réserve Quiles (PS) s’en est aussi inquiété dans une tribune du Monde tout en prenant position le 28 juillet contre la guerre en Afghanistan.