La France revient en Irak avec une visite surprise du président de la République le 10 février 2009 après les élections provinciales. Nicolas Sarkozy a été accueilli par son homologue irakien Jalal Talabani.

Cette visite avait pour principal objectif de parachever la normalisation engagée entre la France et les autorités irakiennes. Cela consisterait à la reconstruction du pays, à participer plus activement à la formation des militaires et des policiers irakiens, à faciliter les échanges culturels ainsi que l'accueil d'étudiants irakiens. M. Sarkozy a également émis le voeu que les entreprises françaises se réengagent dans l'économie irakienne.

La volonté de la France de profiter de ce retour progressif à la paix en Irak alors qu’elle ne s’est pas engagée aux côtés des forces américaines ne manque pas d’ironie sinon d’indécence.

Remarquons que les politiques et la presse française qui fustigeaient l’action américaine en Irak sous Bush se taisent depuis que B. Obama a été investi dans ses fonctions. Ils sont bien silencieux sur ce retour à la normalité dont ils voudraient bien bénéficier. Ce qu’ils ne critiquent pas. Ils n’ont pas non plus l’honnêteté de reconnaître que les forces armées américaines ont gagné cette guerre en permettant un retour à la normale et en laissant peu à peu les forces irakiennes prendre le relais.

Si l’on regarde les pertes US qui sont de 4245 tués jusqu’à ce jour dont 1821 par piégeage (IED) avec cependant une très forte réduction depuis un an. En 2003, 486 soldats aient été tués puis jusqu’en 2007 plus de 800 par an avec un pic en 2007 de 904 mais 308 en 2008.

De fait, les forces américaines ont gagné cette guerre, ce qui ne leur est pas reconnu par ceux qui les ont décriés et qui voudraient bien profiter désormais de cette paix acquise par d’autres.

Pas très élégants en particulier de nos médias bien partiaux.