Suite à un article en ligne de Jean Guisnel (www.lepoint.fr) attirant l’attention sur le dernier ouvrage « Chronique du choc des civilisations » d’Aymeric Chauprade, le ministre de la défense donnait l’ordre le 4 février au général de division Desportes, directeur du collège interarmées de défense (ancienne école de guerre), de congédier ce professeur de géopolitique employé depuis 1999 au CID.

Les sites de JD Merchet et de Jean Guisnel ont précisé qu’Aymeric Chauprade donnait avec complaisance une grande place à la « version complotiste du 11 septembre ». Pour lui, les théories contestant la « version officielle » et soupçonnant les Américains d'être les instigateurs des attentats de 2001 seraient « une hypothèse qui ne manque pas d'arguments, à défaut de forcément convaincre ». Dans ce livre, Chauprade défend aussi la théorie du choc des civilisations, au travers notamment d'une opposition entre l'Europe (incluant la Russie) et l'Islam.

Pour commenter, on ne peut cependant contester objectivement cette approche sauf dans le souci du « politiquement correct ». Le terme de « Choc des civilisations » régulièrement évoqué par la classe politique notamment exprime cette possibilité justement pour l’éviter.

Ce qui n’est pas acceptable, c’est l’adhésion d’un enseignant de haut niveau au sein de l’enseignement militaire supérieur, à la thèse complotiste du 11 septembre qui désigne les Américains et les Israéliens comme les instigateurs sinon les acteurs des attentats. Cette thèse a été développée par Thierry Meyssan dans un ouvrage vendu quand même à plus de 120 000 exemplaires en France ! Sur la question de l’implication des Etats-Unis, il suffit cependant de se rendre sur le site du Congrès américain afin de consulter son calendrier. Toutes les fêtes juives (y compris en tant que journées fériées du Congrès) et chrétiennes, et seulement elles, sont recensées pour la programmation des travaux du Congrès. Cette ambigüité des relations entre Israël et les Etats-Unis peut alimenter sans difficulté les sceptiques de la thèse officielle.

Cependant, cela ne justifie pas les thèses de ces négationnistes. En effet, nous pourrions rattacher la thèse de Chauprade à celle du protocole de Sion dont beaucoup d’antisémites ne contestent pas

la véracité. C

’est aussi, et d’actualité malheureusement, un évêque rejetant l’existence des chambres à gaz ! Notre époque de doutes conduit à un négationnisme systématique soutenue par des personnes pourtant intelligentes, cultivées et ce malgré les preuves.

Ce qui est plus grave est que le site de JD Merchet rapporte aussi les réactions de soutien d’officiers stagiaires du CID au professeur Chauprade. Ne nous voilons pas la face, une minorité d’officiers français, mais bien présente, sont dans la mouvance idéologique de ce professeur. Si l’on prend ses propos auprès de JD Merchet, cela serait plus grave encore : « Le petit clan qui, au cœur de la Défense défend des intérêts étrangers, essentiellement américains, va devoir s'inquiéter ». On peut s’étonner de ce discours qui, par déduction, laisse supposer qu’il aurait une majorité d’officiers français antiaméricains et qui soutiendraient la position finalement anti-américaine d’Aymeric Chauprade. Il est vrai que l’antiaméricanisme existe parmi les officiers français mais sans doute pas plus que dans le reste de la population française.

La question derrière toutes ces affaires en réalité est malheureusement une situation internationale au Proche-Orient qui focalise les haines et les frustrations. L’affrontement entre Israël et monde arabe et persan, entre juifs et musulmans, où chacun joue sa partition par des actions de propagande par le relais des différentes diasporas, conduit à la menace d’une guerre où le monde occidental, chrétien mais fortement laïcisé, spectateur timide et sur la défensive aujourd'hui mais contraint à agir demain devant les dérives prévisibles d’Etats nucléaires comme l’Iran et Israël d’une part, les pressions internes d’autre part.