Après ce petit temps de vacances, nécessaire après un été si riche en événements concernant la défense, il est temps de se mettre au travail.

Les événements se sont multipliés :

  • Pour la France, visite des familles des soldats tués en Afghanistan y compris ceux qui ont été      tués les années précédentes, débat parlementaire sur la présence de nos troupes en Afghanistan (en ligne sur www.defense-et-republique.org), projet de la nouvelle loi de finances pour la défense (en ligne sur www.defense-et-republique.org) ;
  • Dans le reste du monde, les conséquences de la guerre en Géorgie et une Russie qui affirme sa force militaire, une guerre en Afghanistan qui déborde peu à peu sur le Pakistan, le réarmement nucléaire de la Corée du Nord, la réaffirmation de la volonté iranienne de disposer d’un capacité nucléaire, les attaques de pirates  somaliens … saisissant même un navire transportant de chars de bataille, la libération avec succès par les forces spéciales françaises des otages,  a demande par la France d’opérations contre les pirates (il faut demander l’autorisation à l’ONU !), l’envoi aussi dans l’espace d’un équipage chinois avec ce que cela implique dans le contrôle de l’espace à terme, la    crise financière que certains rapprochent de la crise de 1929 avec sa responsabilité partielle sur la seconde guerre mondiale….

Le monde est devenu instable et nul ne peut prédire comment ces situations conflictuelles vont résoudre avec un sentiment très fort de la fin du monde occidental et de sa position dominante.

Pour la France, sans s’appesantir sur les nombreux sujets de cette période, émettons quelques réflexions.

  • En premier lieu sur l’Afghanistan et l’engagement de la France. Les enseignements en sont peut-être tirés mais suite au débat du 22 septembre, le renforcement d’une centaine d’hommes et l’achat par la France d’équipements sur étagères donnent un vrai sentiment d’affaiblissement de nos forces armées !
  • En second lieu, l’élargissement des missions des armées. Les armées par les forces spéciales font la police des mers et chassent le pirate qui est fait prisonnier et  traduit devant les tribunaux français sans doute pour contribuer aussi à remplir nos prisons… surpeuplées. Le meilleur message à ces pirates est l’élimination physique par des moyens militaires. Cette politique serait plus conforme à  leur manière de vivre et à leur compréhension des rapports de forces. Dans  tous les cas, la confusion entre forces militaires et forces de police s’accentue et rendra sans doute floue à terme les limites et les repères.
  • Enfin, le budget. Hervé Morin, ministre de la Défense, a présenté le projet de loi de  finances (PLF) du ministère de la Défense 2009 le 26 septembre 2008. Il a été élaboré de manière à permettre la mise en œuvre de la stratégie de défense  et de sécurité de la France, définie dans le Livre blanc . Il traduit également l’implication du ministère de la Défense dans la Révision générale des politiques publiques (RGPP), qui vise à accroître l’efficacité de l’ensemble des ministères, au moindre coût.  
        
    Pour la première fois, le budget a été programmé sur trois ans (2009-2011), ce qui permettra aux armées de disposer d’une plus grande visibilité sur leur action. Il sera complété par une Loi de programmation militaire (LPM), pour 2009-2014, afin de permettre aux armées d’adapter  leur format et leurs équipements, en fonction des objectifs qu’ils leur auront été définis. On peut cependant constater le maintien de l’effort de défense et pourrait rassurer la communauté militaire.
        
    Globalement, les dépenses seront orientées vers l’équipement des forces (en progression de 10%) 17 milliards d’euros seront consacrés à  l’acquisition de matériels, contre 15,4 milliards d’euros, en 2008. Les moyens consacrés aux opérations extérieures seront augmentés d’environ 25%. Le ministère de la Défense va également poursuivre ses efforts en matière de Recherche et de développement (R&D), qu’il finance déjà à hauteur de 10% en France.