Le prochain sommet de l’OTAN se tiendra au printemps à Bucarest. L’un des thèmes abordés sera celui de l’Afghanistan. En effet, l’OTAN ne peut répondre favorablement aux demandes réitérées des Etats membres engagés dans le conflit afghan. Les Etats-Unis viennent d’envoyer 3200 marines. Ils font pression sur l’Allemagne qui n’est pas prête à contribuer plus qu’elle ne le fait aujourd'hui.

Quant au Canada qui vient de perdre son 72e soldat depuis 2002, elle est fortement impliqué avec 2500 soldats lourdement équipés. Cependant, suite au rapport Manley (www.defense-et-republique.org, en français), elle a lancé un ultimatum. Ses forces seront retirées en février 2009 si les autres pays de l’OTAN ne participent pas plus à la guerre en Afghanistan.

La question de la reconstruction d’un pays tribal l’un les plus pauvres du monde se pose aussi. Ainsi, la communauté internationale a consacré 50$ en aide civile et militaire à chaque Afghan alors qu’elle donnait 1400$ par bosniaques et 800$ par Kosovars.

Il est sans doute temps d’être plus clair sur l’intérêt de s’investir en Afghanistan hormis le fait de lutter contre le fondamentalisme musulman. Quant à la lutte contre la drogue, le succès n’est pas au rendez-vous. L'Afghanistan a produit 93 % de l'opium mondial (8 200 tonnes), soit deux fois le niveau de 2005 mais s’attaquer à cette production sans culture rentable de substitution paraît une tâche impossible.

Les accords de Bonn de 2001 (www.defense-et-republique.org) donnent une feuille de route mais sept ans après, la situation n’a guère évolué.