Une fois de plus, la Marseillaise, symbole de la France et hymne des Français, rappelons-nous le 11 novembre 1940, est sifflée abondamment le vendredi 16 novembre 2007 dans un stade français lors d’un match avec une équipe du Maghreb. Hier l’Algérie, vendredi le Maroc, cela va-t-il durer encore longtemps ? Or, quel « beau » silence politique et médiatique ! Le pouvoir politique fait profil bas. Finalement, le grand volontarisme préélectoral d’avant les élections présidentielles a fait long feu.

Il est vrai que la question reste posée. Que doit-on faire pour ne pas perdre la face hormis n’avoir pas entendu ? Que peut-on faire aussi devant ces provocations multiples qui ne seraient pas tolérées dans les pays d’origine des siffleurs ?

Deux réponses de fermeté qui certes ne résoudraient pas totalement la question mais qui exprimeraient avec fermeté la volonté de la France d’être respectée, peuvent être proposées :

  • Que le gouvernement français interdise pour une période donnée que ces équipes étrangères jouent en France. Un pays tiers pourra accueillir les matchs entre la France et ces pays.
  • S’il faut aller plus loin, doit-on toujours accepter que les joueurs des pays incriminés soient recrutés dans nos équipes de sport ?